Présentation

Devant la complexité du marché des transports et la multiplication des nouvelles offres, le gouvernement a lancé les travaux sur la loi D’orientation des mobilités (LOM) en novembre 2018.
La loi se propose de structuer les offres de transports tout en veillant à accompagner la transistion écologique des moyens de transports.
En effet, l’arrivée sur le marché des solutions innovantes telles que le covoiturage, l’autopartage, et les véhicules en libre-service tels que les vélos et les trottinettes a poussé le gouvernement à repenser la mobilité urbaine.

Dans les fais, cette loi demande aux fournisseurs de mobilité de partager leur données de disponibilité et de billetique.
Cela va permettre aux entreprises tierses de proposer des service de comparaison et achat de prestations de transports.
Une avancée similaire a déjà été réalisée il y a plusieurs années: En effet, nous sommes tous habitués aujourd’hui à comparer les billets d’avion entre différents compagnies aériennes avant d’acheter son billet.

Conséquences de la loi LOM

Grace à cette loi, RoadMate peut comparer tous les moyens de transport disponibles et proposer la meilleure solution selon le besoin de chaque utilisateur.
Ainsi, l’utilisateur pourra choisir la moins chère, la plus rapide, la plus écologique ou la plus confortable des solutions disponibles.

Utilisateur utilisant RoadMate pour comparer les moyens de transport disponibles autour de sa position

La loi LOM apporte également de nouvelles restrictions pour certains acteurs ou encouragements pour d’autres.
Covoiturage
Le covoiturage est le grand gagnant car la loi prévoit d’accorder des subventions aux personnes réalisant au moins un trajet en covoiturage par jour. Les collectivités pourront aussi décider d’ouvrir des voies de circulations dédiées aux voitures qui font du covoiturage.
Véhicules en libre service
La loi délègue aux collectivités le choix de limiter le nombre de véhicules en circulation ou le nombre de fournisseurs, ou les interdire tous simplement. Les fournisseurs de ces moyens de transports légers doivent redoubler d’efforts et travailler de manière rapprochée avec les autorités locales pour garder le droit d’exploiter leur flottes de véhicules.
L’autopartage
La loi LOM prévoit également l’attribution de place de parking dédiées, à l’image des véhicules éléctriques pour favoriser leur développement. Cela concerne les flottes de véhicules des sociétés privées telles que Free2Move mais aussi les véhicules personnels mis a disposition via des plateformes telle que Drivy.